Google+ Margaud cuisine mais préfère dîner en ville

mardi 24 mai 2016

Retour vers le futur de la droite dans ses bottes


Assommant.


Alors que la CGT a décidé de désespérer une partie de la gauche gouvernementale, je me préparais à couper l'ensemble des réseaux qui pipotent dans mes neurones.

Et là j'ai entendu que la droite "mettait la pression sur le gouvernement" et que Juppé s'était exprimé. Le vieux sage a parlé :

"Il faut faire cesser cette situation. Le gouvernement s'est mis dans un mauvais pas en engageant une réforme qu il n'avait pas annoncée, en prenant à contre-pied à la fois ses électeurs et ses parlementaires. C'est ce qui explique le trouble profond aujourd'hui a la fois de l'opinion et du parlement."

Ainsi donc les vieux ennemis de 1995 se retrouvent avec la même optique : descendre Hollande. Juppé pense qu'il s'est fait une nouvelle virginité. Il joue sur l'amnésie d'un peuple qu'il croit divisé entre les lecteurs du Figaro et ... ceux qui ne lisent que les profils facebook de leur amis.

"Il ne faut pas annoncer, il faut faire". Avec ce genre de linotte, la vacuité de sa candidature va finir par être trop visible. 

NB : Pour ceux qui confonde grêve et blocage allez lire nicolas : http://www.jegoun.net/2016/05/du-bon-usage-du-droit-de-greve.html

samedi 14 mai 2016

Le niveau monte

"La dernière pantalonnade de la loi travail est la goutte d’eau qui fait déborder le vase de Soissons dont on sait maintenant très clairement qui l’a cassé : Valls et sa meute libérale sarcastique sécuritaire." source

J'ai rigolé en imaginant comment faire déborder un vase cassé, qu'il soit de Soisson ou de Loudéac. En même temps, ce n'est pas le premier blogueur à ne pas relire son texte. GDC est quelqu'un de si-sérieux, qu'il ne se rend même pas compte qu'il écrit des grosses bêtises. 

50 fois que lui et ses amis nous annoncent la fin du Parti Socialiste. Toutes les semaines ils nous annoncent la meilleure des révolutions, celle qui vient du peuple. On attend toujours ou l'un, ou l'autre, et même les deux.

On attendrait des blogueurs un petit mot pour dénoncer les dégradations des permanences du PS. La violence envers les personnes ou leurs biens, c'est un combat qui peut les intéresser ? C'est aussi un symbole de la démocratie qu'on abîme.

D'ailleurs on attend toujours la pensée politique qui émane de Nuit Debout. 

Les blogs politiques ne sont pas morts mais certains ont besoin de repos.

dimanche 1 mai 2016

Mélenchon, nostradamus aviné

"Quelqu'un va mourir"

C'est facile à sortir. Et ça m'emmerde. Une nouvelle fois je préférerai cogner sur Sarkozy, Wauquiez ou Le Pen. Mais JC a décidé de ne pas disparaître.
Avec nos dernières manifestations, on a pu voir combien notre jeunesse à deux baffes était formidable.
Mais mon politique-à-la-con favori n'a pas pris de risque. Si quelqu'un venait à mourir dans les prochaines journées de manifestation, tout le monde pourrait admirer JL de sa prédiction.
Mais pire encore dans son crasseux calcul, si rien ne devait arriver, JL sera le premier à se couvrir d'éloges pour son intervention décisive envers la tonfa attitude.
Bref Mélenchon me désespère.

mardi 19 avril 2016

Rencontrer le peuple

A la radio on a appris ce matin qu'Emmanuel Macron allait "rencontrer le peuple". Non élu, on va nous faire croire que celui-ci vit sans doute dans une bulle. Le mépris exprimé par quelques-uns envers cet homme est désarmant. La bulle médiatique autour de Macron va prendre de l'ampleur. Les cons vont se faire un plaisir de nous démontrer qu'ils sont à la ramasse. Bientôt il est invité à Orléans pour fêter la pucelle et "rencontrer le peuple".
Mais qui est donc ce peuple que les populistes de tous bords aiment tant faire croire qu'ils sont leur porte-parole. Est-ce le peuple du 9-3 ? du 16ème ? Est-ce le peuple qui se lève tôt pour aller à l'usine ? celui qui pointe au chômage ? Celui des frontistes du nord ou du sud ? Celui de l'agitateur de Nuit Debout ou de Nabilla ?

Quel est donc ce peuple : un fantasme de guignols en mal d'inspiration.

dimanche 17 avril 2016

Bouse de là

République,
Nuit debout,

Finkielkraut qui vient, puis se fait jeter, et part en insultant les jeunes cons. Une partie des suiveurs hurle au fascisme. Des baffes. Il faut être bigleux comme un philosophe cathodique pour aller se frotter aux boloss de la République qui sous couvert de nouvelle démocratie copinent avec les jeunes coco-ex-NPA-écolo-soda-trendy

La main sur le coeur, on les voit tous nos politiques de la gauche de la gauche saluer la qualité des débats, la générosité de la jeunesse. Notre vraie gauche salive si fort devant une manifestation que "non, elle ne veut pas récupérer". A droite, la main dans le pognon, nos politiques dénoncent la racaille qui n'en a rien à foutre de l'ordre. 

Ailleurs les militants "historiques" dont je suis, se font traiter de grincheux. Quand Mister K. aura compris qu'il n'y a pas que lui et ses amis qui ont un esprit critique, la gauche écolo arrêtera de jouer les petits procureurs. 

Aux autres ... un jour vous comprendrez qu'un rassemblement de 2000, de 20 000 ou de même de 200 000 personnes ne représentent pas la totalité de la population. Vous ne représentez rien que vous-même, comme Béatrice la Bourges du printemps français.

Bonne de fin de weekend.
Non mais  !

mercredi 30 mars 2016

Procédure abusive

Un jour, dans une autre vie, j'ai été activiste-rigolo-sans-importance.

Cétait à Aulnay-Sous-93600. Là bas, le reste du bois sert à faire des allumettes pour éclairer quelques âmes égarées. La liste des blogs était longue comme mes deux bras. Ça gueulait, ça remuait, et des fois ça buvait des bières dans un troquet face à la gare.


Mais ça, c'était avant.

Avec mon copain Laurent, du temps de l'opposition d'avant, et encore d'avant cette majorité, on avait ouvert une boutique. Comme tous les blogueurs imbus d'eux-même, je n'ai jamais rien écris (ou si peu). Je n'allais pas saloper cette vitrine avec mon phrasé déplorable et mon orthographe à chier pleine de pages de Larousse arrachées.

Voilà c'était avant.

Hier mon poto m'a fait part d'une plainte en diffamation qu'il a reçu de la part de la mairie de la ville. L'affaire est en cours. Elle ne sera même pas jugé : j'en prends le pari. Laurent, tu ne risques rien. Par contre n'hésite pas à prendre conseil pour voir si la plainte ne pourrait finir par ta propre plainte pour procédure abusive.

Quand aux autres, j'ai pour ma part tourné la page.

mercredi 17 février 2016

Une campagne qui aura du chien ?

Jean-Luc Mélenchon est un insoumis.


C'est sa nouvelle marotte. L'insoumission est  "Le Nouveau Programme Politique". C'est un peu comme le slogan "La France Forte" ou "La France apaisée", cela ne veut pas dire grand chose. Mais cela claque comme un slogan. 

Insoumission... Aussi quand un restaurateur refuse de servir un banquier, Jean-Luc Mélenchon trouve cette initiative pleine de bon sens. L'andouille ignore sans doute comment fonctionne l'économie. Virons les banquiers ! Asséchons les liquidités ! Et bientôt les français seront heureux comme les grecs !

C'est que chez Mélenchon, on est tellement insoumis que l'on trouve 500 gugusses à faire la queue pour écouter le tribun. Même pas un pour griller la place aux autres. Camarade, la révolution est en marche, mais chacun reste dans la file.