Google+ Margaud cuisine mais préfère dîner en ville

dimanche 19 avril 2015

L'indignité de nos partenaires

François a parlé.
Ok, je n'ai pas écouté : quelle idée de participer à un raout télévisé en plein repas dominical ! T'as beau être pro-hollande, rien ne vaut la frite maternelle !

Mais si je n'ai pas écouté, je viens de lire que le président constatait que"

"Marine Le Pen parle comme un tract du PC des années 70"


Ni une, ni deux, Jean-Luc Mélenchon nous a pondu un communiqué de trois lignes : "En insultant le parti communiste des années 70, François Hollande oublie que c’était alors le programme commun qui conduisit à la grande victoire de 1981. Son propos est d’une totale bassesse et indigence, indigne d’un président élu aussi par les communistes."

Et il est retourné à sa sieste. C'est que la lutte finale ne passe jamais le dimanche.

Tiens parlons-en des dimanche. Il y a peu nous avions des élections du dimanche. Depuis notre défaite nous avons eu l'occasion de recouper nos points de vue, d'analyser les causes de notre déroute. Et que croyez-vous qu'on fait nos partenaires si particuliers. 

Ici ou là, les chausses-trappes furent nombreux. Le PC refuse l'alliance. Les Verts ne répondent même pas aux invitations. Vous parlez d'une bonne de branquignols. Trop content de participer à foutre une rouste aux socialos, on a même vu l'ancien candidat (suppléant) du FDG appeler à voter à droite.

Et maintenant l'autre crypto-marxiste de mes deux qui vient entre la poire et le fromage donner un cours d'histoire. Mon Jeannot, regarde l'avenir, et arrête de nous emmerder avec des communiqués d'indignés. Le PC des années 70 était fort (en gueule). On a vu ce que cela a donné une fois au pouvoir. Le PC comme le FN de papy Le Pen ne veut pas du pouvoir : trop peur de décevoir, trop peur des désillusions.

Sans blague, allez vous faire voir chez les grecs !


samedi 11 avril 2015

La rafale de Martine

Ils sont marrants à gauche.

Voilà-t-y pas que Martine Aubry vient de rejoindre la mention déposé pour le congrès du Parti Socialiste par Jean-Christophe Cambadélis. Et ça couine à la trahison sur les rézosocios. Celle que beaucoup espéraient comme la mère supérieure des révoltés de la gauche socialiste, se rallie à la synthèse (majoritaire dit-on déjà) favorable au gouvernement.

Que quelques-uns soient déçus, on peut l'entendre. Mais ici la RealPolitik l'a de nouveau remporté. Que croyez-vous que Martine Aubry avait à gagner à dézinguer François Hollande ? Elle préfère entendre que celui-ci lui propose un poste de premier ministre. 

Et puis que les grognons se souviennent que le PS est le parti au pouvoir. Comment voulez-vous qu'une responsable politique de cette envergure puisse prendre le risque de faire exploser la majorité ?

La fin des frondeurs est proche.

mardi 7 avril 2015

"Je suis Hakim"

Il faut que je vous dises.
Une semaine après une lourde défaite aux élections départementales, j'avais dans l'idée de mettre en perspective toute cette expérience. Ah non là je déconne. La novlangue ne passera pas par ici.

Ce fut une campagne très riche en rencontre, en échange et très sympa (si on oublie sa conclusion). Au départ, je n'étais pas candidat, ni au poste de remplaçant, ni au poste de titulaire. Et puis la négociation a commencé. Hakim était sur les rangs. C'était mon concurrent. Il est devenu le titulaire de notre liste.

Je l'ai vu bosser. Je l'ai vu potasser les dossiers. Je l'ai entendu lors des réunions publiques. J'ai considéré que c'était un bon candidat, qu'il ferait un bon conseiller départemental. Le binôme avec Marie-Reine fonctionnait parfaitement. 

Et puis j'apprends ce matin à travers d'un profil Facebook que le profil d'Hakim a gêné. Et je reste correct. Hakim, je suis en colère devant la bêtise de certains. Nous en avions parlé, tu savais que tout était possible. Je suis de tout cœur avec toi.

Que les connards qui assument leurs propos aient le courage de venir me voir, je les recevrai avec toute l'estime que j'ai pour ce genre d'individus.

lundi 30 mars 2015

Paumé !

Ce matin,
Gueule de bois généralisée. Ma gauche va mal, ici, dans mon département, dans mon pays.
Les premiers procès ont débuté. La guillotine va couper les têtes qui restent.
J'ai mal pour mes copains. Je pense aux candidats malheureux.
Tout à reconstruire !


mercredi 18 février 2015

La CéGéTisation de gauche, qu'en faire ?

Avant de parler du dernier billet de Nicolas : " Que faire de la gauche ? " je tenais à vous parler de mon ancienne ville (Aulnay sous Bois) et des candidats de la gauche. Cela fera une très bonne introduction .

La ville fut conduite par une majorité de gauche (PS, PC, Verts, PRG). Mais les verts n'étaient pas contents. Et comme au gouvernement avec Duflot, ils ont rejoins l'opposition. Puis ils ont conduit une liste aux dernières municipales. Le PS était le diable. Vous devinez la suite.

Arrivent les départementales. Au niveau des fédérations PS-Les Verts, on arrive à s'entendre. Mais les Verts d'Aulnay refusent de s'y plier. Ils se présenteront quand même. Pour faire plus propre leurs dirigeants les virent du parti et récupèrent le logo. Les idiots hurlent au déni de démocratie, comme s'ils ignoraient qu'il y a toujours eu des accords entre partenaires aux élections. Tiens je me demande ce que pensent leur chef de là-bas Amédro, vice-président du conseil Régional, et je suppose candidat à une nouvelle ré-élection...

Comme à Aulnay, une partie de la gauche est en train de se CéGéTiser dans l'opinion. L'opinion a tort, sans doute. Mais le discours anti-gouvernement, anti-patron, anti-CAC40 finit par lasser même les plus convertis. Attention, je ne dis pas qu'il n'y aucun problème, que le medef veut le bonheur du salarié et que Pierre Gattaz sent bon de la bouche. Simplement les discours convenus sur le prolétariat d'une partie de la gauche sont inaudibles. 

Quand les ZADistes refusent de se soumettre aux décisions de justice, un parti de gouvernement comme les Verts leur dit de continuer leur lutte. Quand un ministre social-libéral cherche une simplification administrative dans un ensemble de mesures, il se fait traiter de tous les noms. A mon copain Laurent, comment être de gauche et pouvoir d'emblée se comporter comme un procureur ?

La gauche de dénonciation n'est plus audible, incapable de se rassembler sauf autour d'une même valeur, elle va demain voter la censure contre le gouvernement, avec la droite. Bravo les gars ! Vous allez donner l'impression d'être contre toutes avancées et  toutes discussions. Je n'ai pas encore osé écrire que vous seriez contre le progrès. Vous êtes devenus des réactionnaires.


mercredi 11 février 2015

Pour un Tiki de retour

"J'accuse François Hollande de se préparer à accorder le droit de vote aux sans-papiers !" Geoffroy Didier, membre de la droite forte, 26 avril 2012


Le président des jeunes pop n'est pas français. Le président des jeunes pop est sans-papier. Sans blague, on ignorait jusqu'à hier jusqu'à son existence.... un peu comme Fillon ce matin au micro d'Europe1.

Voici donc Stéphane Tiki, jeune homme méritant selon Geoffroy Didier. Méritant, parce que ... membre éminent de l'UMP. Il faut donc lire les propositions de l'UMP en matière d'immigration pour comprendre ce nouveau bal des faux-culs. 

PROPOSITION 23 La France ne doit plus régulariser les personnes qui entrent et demeurent illégalement sur le territoire national, sauf cas humanitaires exceptionnels ou d’asile. Il s’agit de conditionner systématiquement l’obtention des titres de séjour et de la nationalité à une entrée régulière sur le territoire.

Alors ils vont proposer quoi à M. Tiki un retour au pays et attendre sa nouvelle demande de visa ? On attend vivement leur prochain procès d'intention sur le laxisme de la justice de Me Taubira.


A vouloir jouer avec les idées du Front National pour leur piquer des voix, puis à ne pas prendre leur responsabilité lors de la dernière législative partielle dans le Doubs, l'UMP est en train de disparaître. Pas sûr que la démocratie en sorte gagnante.

vendredi 6 février 2015

Averroès, le lycée en danger

Esprit critique, recul, raisonnement, vous voyez ou je veux en venir ?

Ce matin, en lisant la tribune de Soufiane Zitouni, sur sa démission du lycée (privé musulman) Averroès, je me doutais qu'il déclencherait la foudre de ses anciens condisciples.

Mois après mois, il a remarqué la dichotomie entre l'affichage extérieur du lycée (remarquable selon les uns) et les comportements à l'intérieur de certains élèves et professeurs. Dans l'enceinte de leur fort Alamo, la contradiction est un péché, l'enseignement laïc une agression.

On me rétorque que lors des manifestations contre le mariage pour tous, certains propos dans des écoles privées catholiques pouvaient hérisser quelques bonnes âmes. Je peux l'admettre. Mais cela fait bien longtemps que la guerre des écoles privées versus publiques est terminée. Et je ne vois pas les directions des écoles privées avoir une double discours : l'ouverture sur la société et l'enseignement d'un catholicisme rigoriste.

Par contre, si on doit croire l'ancien professeur de philosophie, le lycée Averroès mériterait une inspection du ministère de l'Education avec lequel il est sous contrat. Il ne faut plus rien lâcher, au nom de la République.

"...les responsables de ce lycée jouent un double jeu avec notre République laïque : d’un côté montrer patte blanche dans les médias pour bénéficier d’une bonne image dans l’opinion publique et ainsi continuer à profiter des gros avantages de son contrat avec l’Etat, et d’un autre côté, diffuser de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme, c’est-à-dire, un mélange malsain et dangereux de religion et de politique."