Google+ Margaud cuisine mais préfère dîner en ville: La paimpolaise et sa falaise

dimanche 13 novembre 2016

La paimpolaise et sa falaise

La Paimpolaise cherchait sa falaise pour faire le saut de l'ange. Mais il faut savoir qu'à Paimpol, il n'y a pas de falaise. Ça fait un siècle qu'on chante des conneries.

C'est une chanson. Son auteur n'était pas un mec que j'aurai aimé fréquenter. Nationaliste, anti-dreyfusard, il était de ceux qui revanchard, voulaient foutre sur la gueule des teutons bien avant 14.

Pourquoi je vous parle de cette chanson ? Parce qu'elle était chantée dans les tranchées, parce que nous avons monté avec quelques-uns une expo sur la guerre, parce qu'on avait fait le choix de la chanter le 11 novembre.

Mais les choses ne sont jamais simples. Le téléphone a sonné, ça causait dans le landerneau. Pour un peu les pics s'approchaient de mes fondements.

Alors on a expliqué. On a rappelé les vers et le contexte de l'époque. Bref on a fait de l'enseignement. Et cela s'est calmé.

Des fois, on a envie de baisser les bras.

« Mais soudain voici que la Guerre
Nous appelant tous au combat
"Le marin pêcheur" de naguère
Devient "un col bleu" de l'État
Et le pauvre gâs
Soupire tout bas :
Je serais bien mieux
Devant un joli feu d'ajonc
Mais je défends la
Paimpolaise
Qui m'attend au pays breton »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !